TOTEM

Bella Donna, Patchamama, Talisman

Hauteur : 3,50 m


Cette sculpture est un hommage aux femmes qui utilisaient les Simples (les plantes médicinales) et que l’on a diabolisé sous le nom de « Sorcières » pendant la période du Moyen-Âge ; ceci afin de mieux orchestrer le génocide dont elles furent les victimes. Ces persécutions ont décimé des milliers de femmes partout en Europe, jusqu’à leurs enfants. Depuis, le savoir qu’elles possédaient sur les plantes a quasiment disparu des campagnes.


Cette sculpture est également un hommage à la Nature, aux forces de Vie qui nous gouvernent, à la culture païenne ou animiste.

C’est une invitation à écouter sa propre nature, à retrouver la source de ses racines, la vibration de la Vie, le lien avec le divin.

« L’unique médecin du peuple, pendant mille ans, fut la Sorcière. Si elle ne guérissait, on l’injuriait, on l’appelait sorcière.

Mais généralement, par un respect mêlé de crainte, on la nommait Bonne dame ou Belle dame (Bella donna), du nom même qu’on

donnait aux Fées.

(...) Quand Paracelse, à Bâle, en 1527, brûla toute la médecine, il déclara ne savoir rien que ce qu’il apprit des sorcières.

Cela valait une récompense. Elles l’eurent. On les paya en tortures, en bûchers. On trouva des supplices exprès ; on leur inventa

des douleurs. On les jugeait en masse, on les condamnait sur un mot. Il n’y eut jamais une telle prodigalité de vies humaines.

L’Église, qui, profondément, de tout son cœur, haïssait Satan, ne lui fonda pas moins son monopole, pour l’extinction de la

Sorcière. Elle déclare, au XIV éme siècle, que si la femme ose guérir, sans avoir étudié, elle est sorcière et meurt.


Au mot Sorcière, on voit les affreuses vieilles de Macbeth. Mais leurs cruels procès apprennent le contraire. Beaucoup périrent

précisément parce qu’elles étaient jeunes et belles.(....) on en brûle sept mille à Trèves, et je ne sais combien à Toulouse, à Genève

cinq cents en trois mois (1513), huit cents à Wurtzbourg, presque d’une fournée, mille cinq cents à Bamberg (deux tout petits évêchés !).

Je trouve, dans la liste de Wurtzbourg, un sorcier de onze ans, qui était à l’école, une sorcière de quinze, à Bayonne deux de dix-sept,

damnablement jolies.

Notez qu’à certaines époques, par ce seul mot Sorcière, la haine tue qui elle veut. Les jalousies de femmes, les cupidités d’hommes,

s’emparent d’une arme si commode. - Telle est riche ?... Sorcière. - Telle est jolie ?...Sorcière.

Les accusées, si elles peuvent, préviennent la torture et se tuent. Remy, l’excellent juge de Lorraine, qui en brûla huit cents, triomphe

de cette terreur. « Ma justice est si bonne, dit-il, que seize, qui furent arrêtées l’autre jour,n’attendirent pas, s’étranglèrent tout

d’abord. »

                                                    

Extrait du roman de Jules Michelet, La sorcière (1862)